Pourquoi nos orgasmes excitent les mecs et pourquoi ça craint

Car évidemment, les hommes s’approprient nos orgasmes.

Ils ne se contentent pas d’avoir plus d’orgasmes que les femmes. En effet, une nouvelle étude publiée dans « the Journal of Sex Research » montre que – en plus du plaisir qu’ils retirent de leurs propres orgasmes – les hommes retirent également un plaisir spécifiquement masculin de la jouissance de leurs partenaires féminines.

Les chercheuses de cette enquête, Sara Chadwick et Sari van Anders, parlent de ce phénomène incroyablement prévisible comme d’un « accomplissement de la masculinité ». Je ne sais pas quel est le sens exact de cette expression, mais j’imagine que « l’accomplissement de la masculinité » c’est un peu comme quand Mario fait sortir une pièce d’une de ces briques flottantes qu’on trouve dans le jeu vidéo.

Dans le cadre de cette étude, les chercheuses ont demandé à 810 hommes de lire une histoire dans laquelle ils devaient imaginer une « femme attirante » qu’elle ait eu ou non un orgasme en couchant avec eux. Ensuite, chaque homme devait évaluer son amour-propre sexuel et à quel point ils se sentaient « virils » après avoir vécu ce scénario.

Les résultats sont malheureusement sans grande surprise. Les hommes se sentent plus virils et voient leur amour-propre renforcé lorsqu’ils imaginent qu’une femme a joui lors d’une relation sexuelle avec eux. « Ces résultats suggèrent que les orgasmes des femmes servent – du moins pour une part – d’accomplissement de la masculinité », écrivent les chercheuses.

Soyons clair – il n’y a pas de mal à ressentir du bonheur du fait de rendre votre partenaire heureuse (on entend ici par « heureuse » le fait de jouir). C’est cool de donner du plaisir à votre partenaire ! Mais les chercheuses veulent mettre en lumière le sexisme de cette considération de l’orgasme des femmes en tant que valorisation de la masculinité.

« Malgré un intérêt croissant pour l’orgasme féminin, l’étude montre que cette attention accrue peut aussi servir la sexualité masculine, ce qui rend plus difficile l’étude et la compréhension de l’orgasme féminin en gardant les femmes au coeur de l’attention », expliquent les chercheuses.

Dans une autre déclaration, Chadwick et van Anders expliquent en quoi il est néfaste pour les hommes de chercher à gagner des points de virilité à travers les orgasmes de leurs partenaires. « Une des raisons est que cela peut pousser certains hommes à croire qu’ils doivent « donner » des orgasmes aux femmes, comme si l’orgasme était quelque chose que les hommes pouvaient sortir de leur chapeau et présenter aux femmes, » écrivent-elles. « Cela renforce l’idée que les femmes sont des réceptacles passifs pour tout ce que les hommes auraient à leur offrir ».

Elles évoquent également un autre mécanisme sexiste : les femmes qui se sentent obligées de simuler l’orgasme afin de rassurer leur partenaire masculin, ou, autrement dit, afin de « protéger sa sensibilité d’homme ». Pour les femmes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, la pression de l’orgasme est un sentiment avéré et partagé. Ceci explique d’ailleurs pourquoi il y a tant d’orgasmes simulés dans les chambres à coucher des hétérosexuels.

Les chercheuses tirent une conclusion assez effrayante des résultats de leurs recherches. Quand les orgasmes des femmes commencent à être instrumentalisés par leurs partenaires masculins comme un accomplissement de leur masculinité, l’orgasme féminin cesse d’être une libération sexuelle pour les femmes ou simplement un plaisir sexuel. L’orgasme des femmes se réduit alors à une occasion supplémentaire pour les hommes de s’enorgueillir, ou de « renforcer leur virilité ».

« Les hommes que nous avons étudiés étaient plus enclins à considérer les orgasmes des femmes comme autant d’encoches supplémentaires à ajouter au mât de leur virilité », écrivent Chadwick et van Anders. Elles terminent leur rapport en incitant les hommes à considérer les orgasmes des femmes, non comme un accomplissement personnel à atteindre, mais pour ce qu’ils sont réellement : des petites explosions de plaisir que devraient vivre – fréquemment – leurs partenaires féminines.

Traduction de l’article d’Hannah Smothers @hannahsmothers_ « Why guy get turned on when you orgasm – and why that’s a bad thing ».

Vous pouvez consulter l’étude en anglais à cette adresse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s